MOBY DICK

épopée baleinière pour un acteur

D'après

Herman Melville

Ecriture et Mise en scène

Cyrille Josselyn

Interprétation

David Jaud

 

Avec le soutien de

Conseil Départemental de l’Yonne

La Petite Pierre (Jegun - 32)

Le Piment Familial (Mortagne-sur-Sèvre – 85)

Mairie de Toulouse – Espace Bonnefoy et Centre d’Animation Lalande

MJC Ancely (Toulouse – 31)

ENAC (Toulouse - 31)

Théâtre de la Brique Rouge – CMCAS Toulouse

 

Durée : 1h20

Spectacle à partir de 10 ans

       "Moby Dick, le plus grand produit de l'imagination américaine, le seul qui se situe d'emblée au niveau des épopées homériques et miltoniennes, des tragédies de Shakespeare et du Faust de Goethe. Car il y a du Prométhée, de l'Œdipe et du Faust dans l'histoire du capitaine Achab et de sa baleine blanche. »

Encyclopédie Larousse en ligne

L'HISTOIRE

 

Ismaël s'embarque à bord d'un baleinier, le Pequod, commandé par le capitaine Achab. Ce dernier recherche Moby Dick, une terrible baleine blanche qui lui a arraché une jambe par le passé. Depuis, Achab n'a qu'une idée en tête : se venger du gigantesque animal. Il entraîne donc son équipage sur toutes les mers du globe pour retrouver l'irréductible baleine.

LE TEXTE

 

 

Raconter une œuvre de 800 pages.

Un monstre de la littérature classique américaine

Donner à voir,

A entendre

Le mythe en 1 heure 20...

 

Le texte est une adaptation libre du roman pour la scène.

La structure de l’histoire est respectée. Les personnages ne changent pas.

Seule l’écriture est revue,

la langue réappropriée,

afin de dynamiser le texte pour un « seul en scène »,

Comme un témoignage pris sur le vif.

Celui d’Ismaël, le narrateur original du roman.

 

« En fait, après avoir entendu le récit d’Ismaël, Herman Melville a écrit Moby Dick… »

C’est ce que doit se dire le spectateur en sortant du théâtre.

 

Certaines parties du texte initial sont préservées

Tout le reste est réadapté

librement

afin de passer du récit, à l’aveu direct.

 

Naviguer du comédien au conteur

Esquisser un personnage

Embarquer le spectateur

Que chacun puisse voir « son » Moby Dick, imaginer sa version,

Ses interprétations, parmi la multitude que comporte ce récit mythique :

Interroger notre rapport à la nature qui nous dépasse et à la volonté de l'humain de la maîtriser,

notre fonctionnement politique et économique...

Autant de questionnements actuels

D'où l'intérêt de raconter Moby Dick aujourd'hui.

NOTE D'INTENTION

Moby Dick.

L’aventure.

La légende.

Un ouvrage que nous connaissons, presque sans l’avoir lu.

Moby Dick.

Les films.

Les téléfilms.

Les pièces radiophoniques.

Les « audio-books ».

La baleine blanche a fait du chemin, depuis Melville et son 19ème siècle.

Moby Dick.

L’éternelle quête, l’exploration au-delà de l’horizon,

la confrontation au mythe, puis la rencontre avec le monstre, le vrai, le voir, le toucher, en mourir !

Une saga exemplaire.

Une odyssée au milieu des hommes sans nom.

Tout le monde pourrait s’y trouver à la place de tel ou tel protagoniste.

Il n’y a pas de surhomme ici, pas d’être divin :

juste des forçats de la vie.

D’où la réussite exemplaire de ce roman à travers les époques,

avec son témoignage de la destinée humaine face à tout ce qui la dépasse.

Moby Dick.

Le léviathan.

Le géant des mers.

Le monstre…

Mais de quel monstre parlons-nous ?

Qui impressionne qui dans cette histoire ?

Qui est le monstre de qui ?

Ismaël et sa vie sans but ?

Ismaël et sa rencontre avec Queequeg, fils de roi cannibale ?

Queequeg face à la civilisation européenne ?

Ismaël et les navires en partance ?

Les navires en partance et les colères de l’océan ?

Ismaël et le Capitaine Achab ?

Le Capitaine Achab et Moby Dick ?

Ismaël et Moby Dick ?

Moby Dick et les pêcheurs ?

Au bout du compte : Ismaël et son aventure ?

Et si tout l’intérêt de l’histoire tenait en cette propension

que nous avons tous à chercher « l’horrible » hors soi,

au lieu de le pointer en nous ?

Et si à force de ne pas le voir en nous, ce monstre,

il apparaissait sans cesse hors nous,

pour mieux nous donner une leçon

que nous nous entêtons à ne jamais apprendre ?

Et si à force de ne pas soigner ce monstre en nous,

il faisait de notre monde, un enfer monstrueux ?

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus